centered image


La peur est-elle seulement un produit de notre imagination?

Émile Coué, psychologue et pharmacien français, aimait utiliser un exemple typique pour représenter le pouvoir de l’imagination :

“Chacun d’entre nous est capable de marcher sur une planche de 10 mètres de long et de 25 centimètres de large si celle-ci est posée sur le sol.

Supposons que cette planche soit placée entre les deux tours d’une cathédrale, peu de personnes seront prêtes à s’élancer! (même si on élimine le facteur vent  😉 )

Malgré tous les efforts de volonté possibles, la chute est quasiment inévitable.

Dans le premier cas, l’imagination nous dit que la traversée sera facile, dans le second, nous imaginons la chute.

Et c’est tellement vrai!

peur

La peur et l’imagination

J’ai pris réellement conscience du lien entre la peur et l’imagination lorsque je suis allée pratiquer une activité en plein air près de chez moi : arbres en arbres à Via Batiscan.

Cette activité consiste à se déplacer d’arbres en arbres, sur des parcours de cordes, de planches de bois, d’échelles, de lianes, de tyroliennes, tout en étant sécuritairement attachés par des cordes, mousquetons et harnais.

Personnellement, lorsque je suis rendue à la troisième marche d’un escabeau, je commence à ne plus me sentir en confiance, un peu en déséquilibre et à avoir peur. Je n’ai pourtant aucun problème de vertige.

 

mp3-spiral

 

La seule idée que mon escabeau pourrait bouger ou que je perde l’équilibre me fait sentir en déséquilibre! Vous ne me verrez probablement jamais monter à une échelle accotée à un mur…

Lorsque je suis allée à l’activité “d’arbres en arbres” pourtant, je ne ressentais aucune peur à l’idée de faire le parcours puisque je savais que nous étions sécuritairement attachés et protégés de toute chute.

Lorsque je suis montée jusqu’au haut d’une plateforme dans les arbres et que j’ai pris conscience de la hauteur à laquelle j’étais et que j’ai regardé en bas… je me suis émerveillée en me rendant compte qu’aucune peur ne m’habitait… et que c’était tellement haut!

Le plus étonnant, c’est que je savais pertinemment que si je n’étais pas attachée, j’aurais eu la peur de ma vie!

Je me serais cramponnée au tronc d’arbre en attendant que quelqu’un vienne me chercher, hihi.

Pourtant, en aucun cas je n’ai eu besoin de la corde de sécurité qui me tenait, ni je n’ai perdu pied de la plateforme.

Cette sécurité ainsi présente me permettait de me concentrer uniquement sur ce que je devais faire : franchir les obstacles du parcours tout en admirant le paysage et en m’amusant avec mes amis.

Si je n’avais pas porté le harnais de sécurité, il est certain que je n’aurais pas pu réussir ce parcours et que je serais tombée.

Seule la peur de tomber aurait été suffisante à me stresser et à me faire perdre tous mes moyens.

Pourtant, la seule chose qui est différente entre les deux situations, c’est l’idée que je me faisais du danger, de ce que je m’imaginais qu’il pouvait arriver.

Imaginez-vous, dans votre vie, n’avoir aucune peur et vous sentir pleinement en sécurité (aucune peur d’échec ou de conséquences négative) …

Qu’auriez-vous le goût d’essayer ou d’accomplir dans votre vie?!

L’hypnose et la pratique de l’auto-hypnose peuvent vous permettre de vous débarrasser de vos peurs et de vos doutes afin de reprendre confiance en vous et en la vie. Je vous invite à l’essayer en téléchargeant ma méthode gratuite d’auto-hypnose.

dominique-chayer
Dominique Chayer

Découvrez tous mes mp3 d’hypnose dans ma boutique.

Accéder à votre méthode d'auto-hypnose

 

« La peur, une création de notre imagination? » est un article invité sur Riche et Zen.

Envie de contribuer au succès de Riche et Zen? Alors, passez par ici pour soumettre un texte dès aujourd’hui!

 

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Peur, imagination, Émile Coué, hypnose, auto-hypnose.